Innovation

La circonscription Rhône Auvergne du CNRS est reconnue pour sa capacité de transfert technologique vers les entreprises et le monde socio-économique.  Laboratoires communs, contrats de partenariat de recherche, créations de start-ups, projets de recherche nationaux et Européens : bon nombre de dispositifs et de réseaux permettent l’émergence d’une grande diversité d’innovations face aux défis actuels.

Les réseaux : connectons les laboratoires avec les acteurs du territoire

Première région devant l’Ile-de-France pour la richesse de ses collaborations de recherche public/privé, Rhône Auvergne est le territoire d’un éco-système fertile.

Pour commencer, entreprises et laboratoires CNRS ont créé dans les années 2000 des réseaux au sein des Pôles de compétitivité sous l’impulsion de l’Etat. Ils permettent à ces deux mondes de se rencontrer et de monter des projets communs. Ces Pôles sont chacun dédiés à une filière : chimie et environnement avec Axelera, santé avec Lyonbiopôle, textiles avec Techtera, transport avec CARA, nanotechnologies avec Minalogic, énergie avec Tenerrdis, CIMES en ingénierie, Pôle mondial du Végétal ou encore Plastipolis pour les filières plastiques face aux enjeux écologiques.
Lyon est également le siège de l’Institut Carnot Ingénierie@Lyon qui permet aux entreprises d’identifier les laboratoires sources d’innovations potentielles en ingénierie dans l’agglomération.

Des plateformes ou instituts de recherche public/privé ont également été créés afin de concrétiser des projets de recherche, à l’instar d’Axel’One en chimie et environnement, BioAster en infectiologie ou encore Supergrid pour développer de systèmes électriques de puissance permettant de transporter de l’énergie à grande échelle à partir de sources renouvelables. Des instituts hospitalo-universitaires (IHU) sont venus également renforcer les collaborations en santé, comme OPERA sur les greffes et CESAME sur le cerveau et santé mentale.

Jérôme Chevalier, chercheur de MATEIS

Jérôme Chevalier, chercheur de MATEIS dispose d’une plateforme dédiée aux prothèses en céramique sur Axel’one au sein de 3D-Fab, plateforme d’impression 3D pour le vivant.

Audiodescription

Un accompagnement des scientifiques est de plus nécessaire pour passer le cap du concept et faire naître une innovation comercialisable. Le site Lyon Saint-Etienne dispose de la Société d’accélération du transfert de technologies Pulsalys (CNRS / Université de Lyon / BPI France) qui accompagne les laboratoires aux côtés du CNRS dans la protection de leurs résultats (savoir-faire, logiciel, brevet…), concession de licences d’exploitation ou encore créations de start-up avec des entrepreneurs potentiels.

Valérie Castellani, biologiste

Valérie Castellani est spécialiste en biologie du développement à l’Institut Neuromyogène. Le parcours de la chercheuse, fondatrice de la start-up Oncofactory, témoigne de l’importance de la recherche fondamentale pour le développement de véritables innovations de rupture...

Audiodescription

Le service partenariat et valorisation du CNRS Rhône Auvergne est au centre de ces réseaux : une chaîne d’acteurs très complémentaires qui, aux côtés des établissements de recherche et d’enseignement supérieur, créent de la richesse sur le territoire.

Innover avec le CNRS : comment collaborer ?

Le CNRS est parmi les 10 meilleurs déposants de brevet en France. Avec Paris et Grenoble, l'agglomération lyonnaise est identifiée par l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle comme l'un des trois "hotspot de l'innovation" en  France (rapport OMPI de février 2020). De nombreux dispositifs pour collaborer avec ses équipes existent. Votre point de contact local en Rhône Auvergne est le service partenariat et valorisation.

En chiffres pour le CNRS Rhône Auvergne en 2018 :

213 start-up dont 11 créées en 2019
35 laboratoires communs avec de grands groupes, des PME ou des ETI
428 familles de brevets actives dont 47 brevets prioritaires créés en 2019

Les laboratoires peuvent livrer des prestations aux entreprises dans leur domaine, mettant ainsi à profit des plateformes et équipements quelques fois uniques au monde. Des projets de recherche peuvent également être contractualisés si des thématiques communes avec des entreprises émergent. Pour des collaborations plus pérennes, des laboratoires communs peuvent être mis en place avec de grands groupes mais aussi des PME ou des ETI.

Vance Bergeron, une échappée contre la paralysie

Rien n’arrête la science ni la détermination de Vance Bergeron. Devenu tétraplégique à la suite d’un accident, ce directeur de recherche au Laboratoire de physique de l’ENS Lyon développe des solutions pour améliorer la qualité de vie des paralysés grâce à une activité physique quotidienne. Il est lauréat de la Médaille de l'innovation 2019 du CNRS

Audiodescription

Contact

Denis Duplat
Responsable partenariat et valorisation